Rechercher
  • donascimento9

Cultiver son jardin

J’ai eu la chance, pendant ce confinement de pouvoir m’occuper de mon jardin et plus particulièrement de mon potager.

Moi qui suis plutôt une « fille de la ville », une vraie citadine, je me découvre une « âme terrienne ». J’ai découvert il y a quelques années le plaisir et les vertus du travail de la terre. Le fait de toucher la terre, de bêcher, biner, semer, planter, mais aussi arroser, veiller sur, attendre, regarder pousser, cela remet les pieds sur terre si je puis dire et permet de s’ancrer dans le réel.

Arracher les mauvaises herbes s’avère être un excellent défouloir pour éliminer les émotions négatives qui parfois nous submergent (colère, haine, stress, jalousie etc…). Expédiant efficace y compris pour les mauvaises herbes !

Déterminer une intention : par exemple, chasser la colère : Inspirer par le nez le calme et expirer fortement par la bouche à chaque arrachage de mauvaises herbes pour chasser la colère.

Combien de fois me suis-je défoulée ainsi pour ensuite, épuisée, moulue, courbaturée, m’endormir le soir comme une souche et passer une bonne nuit récupératrice ; au réveil comme par magie toute trace de stress ou de colère effacée.

Cultiver son jardin c’est aussi se concentrer sur la vie ; observer, écouter, lire, échanger, s’informer, apprendre, grandir, se réjouir. C’est une source inépuisable de connaissance, d’expérience, de patience.

C’est une école de vie ; on y apprend les victoires et les échecs, la joie et la peine, la souffrance et le soulagement, la santé et la maladie, la naissance et la mort, la renaissance …

L’école de la Vie.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout